Accueil arrow l'Estudiantina d'Anglet
Notre histoire | Version imprimable |  Suggérer par mail

La mandoline sur la Côte Basque, c’est une belle histoire sinon une tradition établie : on peut noter l’existence de l’Estudiantina d’Anglet, la renaissance de celle  de Ciboure, la toujours brillante formation plus que centenaire de  Saint  Jean  de  Luz   (Estudiantina Donibandarrak)  alors que l’Estudiantina  Bayonnaise a disparu.

L’Estudiantina d’Anglet est née en 1978 : plusieurs circonstances étaient réunies, en plus du hasard et de la chance…En effet, Christian Laborde avait déjà donné des cours de guitare à des enfants de l’école de musique de l’Amicale Donibandarrak.Quelques années plus tard, enseignant à Anglet – sa guitare étant un outil pédagogique - des élèves lui ont demandé une initiation à cet instrument. En même temps, une autre enseignante, au sein du conseil d’administration de l’Amicale Laïque de Blancpignon, disait avoir un stock de mandolines dans un grenier, instruments abandonnés suite à la cessation des activités de l’Estudiantina de Mauléon (64).

Enthousiaste et patient, il lui suffisait de suivre les traces de la formation talentueuse de Saint Jean de Luz, d’écouter les conseils des amis luziens, de choisir au fur et à mesure les partitions mises à sa disposition gracieusement …

Au bout de deux ou trois ans, dans le souci d’améliorer le timbre du tout jeune orchestre et les possibilités techniques des jeunes musiciens, l’Estudiantina  Angloye – ALBA, Amicale Laïque Blancpignon Anglet – va remplacer ses premiers instruments par des mandoles et des mandolines de chez Pattenotte, le luthier de Mattaincourt. Bien sûr, l’Amicale Blancpignon, la ville d’Anglet, la Jeunesse et Sports et le Conseil Général furent mis à contribution…

Faut-il rappeler encore l’extraordinaire essor de l’Estudiantina  Donibandarrak quand Jean Poulou a montré à Albert Kaempf le «laudin», petit luth contralto espagnol (4 chœurs de cordes accordés comme la mandoline, 2 chœurs étant inutilisés), fabriqué avec les mêmes essences nobles que la guitare classique ou flamenca (palissandre, cyprès….), instrument au son clair, cristallin, juste jusqu à la dernière case…

Brûlant les étapes, Christian Laborde a voulu ensuite se rapprocher du timbre de l’orchestre de Saint Jean de Luz et des possibilités offertes par ses instruments…

Il va d’abord convaincre un luthier palois (M. Fontespis-Lhoste) de copier le laudin du Grenadin Bellido, mais c’est essentiellement le luthier luzien Antonio Arroyo qui va remplacer petit à petit tous les instruments de l’orchestre… Il va modifier légèrement la forme de la caisse, changer les ouies, réduire la largeur du manche pour retrouver celui de la mandoline. «Nos mandolines» sont originales…

Dès lors, nous avons pu délaisser Maciocchi, les fandangos et les pasodobles pour découvrir le génie des fugues et des inventions de Bach, les nombreux concertos de Vivaldi – pas seulement les deux grands classiques consacrés à la mandoline – mais aussi Corelli, Mozart, Grieg, les grands maîtres espagnols…

Les progrès de la formation angloye ont pu être remarqués lors des prestations données à l’occasion des festivals de mandoline organisés à Saint Jean de Luz en 1991, 1992 et 1993.

Les effectifs de l’orchestre sont assez stables : une quarantaine de musiciens, adolescents et adultes  répartis ainsi  aujourd’hui :  8 mandolines premières,  11 secondes, 6 mandoles, .11 guitares, 3 basses (guitarrón, mandoloncelle , contrebasse) , 2 joueuses de castagnettes.

Bien sûr l’objectif premier de notre Estudiantina est de faire découvrir, aux jeunes et aux moins  jeunes, la musique par le biais des mille facettes de la mandoline,  et ensuite d’essayer de partager ces plaisirs avec les autres. Bien sûr, 7 animateurs bénévoles initient une quarantaine  de débutants de tous âges  au solfège et à la technique instrumentale.

Quelques petites différences  dans la découverte de la richesse  de l’univers musical dues  aux circonstances, aux rencontres, à la personnalité  et aux goûts des musiciens. Pas de sérénades à Anglet : les quartiers angloys ne recèlent pas de ruelles étroites propices aux douces mélodies…A Anglet, on a préféré varier les plaisirs en accompagnant  des chorales d’enfants (pour des téléthons par exemple) ou d’adultes : Arpège, Adixkideak, l’Ensemble Vocal de la Côte Basque, Argileak, Saint Nicolas, Biez Bat, A Cœur Joie, Branche d’or…chaque année des voix ont été accompagnées par les chœurs des mandolines. Plus rarement, il était fait appel à des solistes : Jean Paul Patard, Denise Laborde, Isabelle Lopez… 

L’Estudiantina a voulu s’enrichir en découvrant les autres : de nombreux orchestres à plectres sont passés par Anglet ou ont réalisés des échanges avec l’orchestre angloy :  Sandanski   et  Sofia  (Bulgarie) ,  Gardone  (Italie),  Peñaroya  et  Sarragosse (Espagne), Missolonghi (Grèce) , les Estudiantinas de Lutterbach, Toulouse, Albi, Tarbes, Roanne… 

Découvrir les autres, partager la musique, écouter les différences, pour les musiciens de l’Estudiantina , ce sont aussi des voyages mêlant tourisme et musique. Tout d’abord, en 1985, le concours des Jeunesses Musicales de France qui emmènera les jeunes du groupe jusqu’au Palais de l’Unesco à Paris ; puis ce sera le festival  international de folklore de Montignac en Dordogne (1986), prélude à des tournées plus importantes en Allemagne (Ansbach et la Franconie en 1987), au Québec (1990) , en Bulgarie (1993), à Toulouse (1993), à Albi (1997), à Roanne, Ugine, Saint Girons (2001), à Missolonghi (2004) , à Sarragosse (2006).

A l’approche de ses 30 ans, l’Estudiantina  a donné plus de 350 concerts et animations dans des écoles, des centres de vacances, des maisons de retraite, pour des œuvres caritatives, dans des églises  ou sur des podiums improvisés… en attendant la construction d’un auditorium à Anglet.. Elle peut aussi  jouer «debout» à la manière des tunas estudiantines espagnoles… 

Le répertoire abordé, hier comme aujourd’hui, essaie de mélanger les genres : la musique du 18ème pour mandoline, les fantaisies de Maciocchi, Ménichetti, Kok…des œuvres plus récentes – Kuwahara, Kreidler, Mandonico…- des transcriptions (les grands classiques espagnols, des extraits de zarzuelas), mais aussi des airs populaires grecs, italiens nord et sud-américains, basques (nos fandangos !), espagnols : pasodobles et refrains des tunos…
Nous avons une cape à rubans, comme eux, plus simple..

L'Estudiantina d'Anglet est maintenant une association indépendante. Sa nature, ses objectifs n'ont pas changés mais elle essaie d'améliorer encore le timbre de l'orchestre: quelques mandolines fabriquées par Mr Sandoval luthier Vénézuelien viennent d'enrichir le groupe.


Ici quelques photos souvenir de notre histoire.

 

Dernière mise à jour : ( 27-05-2012 )
 
© 2017 Estudiantina d'Anglet
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.